Au potager, une parcelle était en partie "neutralisée" par la présence d'un laurier qui prenait une importance démesurée et stérilisait plusieurs mètres carrés. Il a été coupé et la souche sera dévitalisée en placant du sel dans des trous pratiqués à la perceuse et en recouvrant le tout d'une bache pour maintenir la souche dans l'obscurité. Le résultat n'est pas garanti: le laurier n'est pas pour rien le symbole de l'immortalité! Il faut espérer que l'on puisse se passer de produits dangeureux pour l'environnement comme le chlorate de soude...

WP_20170202_12_01_19_Pro

WP_20170209_11_23_52_Pro

WP_20170215_16_27_53_Pro

Sur les autres parcelles, quelques légumes comme les poireaux, l'oseille et les choux de Bruxelles ont résisté au froid vif de la fin janvier

WP_20170202_12_00_03_Pro

WP_20170202_12_00_47_Pro

WP_20170202_12_02_23_Pro

WP_20170202_12_03_21_Pro

Les salades qui n'avaient pas été récoltées à temps sont comme "fondues". Quel gachis!

WP_20170202_12_04_23_Pro

WP_20170202_12_04_29_Pro